La lettre de Véritas N°196 - Extrait de la page 04 et 05 

VERITAS 196 Relecture 004 Copie 2

La bande de responsables omniprésents au pouvoir qui plongent aujourd’hui notre ex beau pays natal, l'Algérie Française, dans l’anarchie la plus totale ne sont pas les seuls coupables qu’il faut pointer d’un doigt accusateur. Lourde est aussi la responsabilité de leurs complices Gaulo-socialo-coco et les progressistes de tous poils qui  persistent et signent une traîtrise passée qui fait aujourd’hui d’un pays aux mille merveilles une terre de désolation où le désordre et la corruption le disputent à la saleté et l’insécurité.

Et pourtant, foi de Si Salah, « la paix des braves » proposée à laquelle il a cru offrait la solution à une paix où nous aurions tous pu nous retrouver ! Mais hélas cette « ouverture » proposée par un démon n’était qu’un leurre, une trahison préméditée, une de ces attitudes inscrites dans les gènes de celui que notre aveuglement funeste a catapulté au pouvoir ! Son « arrivée » le mot doit être interprété aujourd’hui, en fonction d’un résultat qui s’apparente à un « cataclysme » aux conséquences universelles. D’abord, en principal, cette trahison de la transformation d’une victoire militaire face à des « Djihadistes,»  en défaite politique honteuse face à ceux que nous subissons depuis, des conquérants aujourd’hui en place. Et que l’on vienne m’apporter la preuve du contraire : depuis quand parle-t-on autant et subissons-nous autant cette hégémonie mortelle qui étend ses tentacules sur un Occident Chrétien qui aujourd’hui semble avoir honte de ce qu’il est ?

Ils agissent « comme des poissons dans l’eau » non seulement parmi les leurs, mais parmi « les DHIMMIS apeurés de vexer leurs dominants ! » (G.R)

Et je ne suis pas de ceux qui mettent tout le monde dans le même panier !  Certains de ceux qui nous ont combattus, ou simplement n’étaient pas forcément d’accord avec la méthode d’une colonisation dirigée depuis Paris, continuent de penser aujourd’hui que notre départ forcé d’Algérie est la catastrophe majeure qui plonge le pays dans une situation que nous découvrons régulièrement, simplement en lisant la presse du pays, et qui n’étonne que ceux qui ont toujours porté des œillères !

Oui Monsieur Abdelkader AMMARGUELLAT mon cher Ami disparu, comme vous me le disiez : « Combien de belles choses aurions-nous pu faire ensemble pour ce pays s’il n’avait pas été livré par un voyou à d’autres voyous. »

Oui  Boualem SANSAL, vous avez eu le courage en public de dire que les murs d’Alger vous parlaient du bon temps de notre présence, vous avez su écrire que nous avions transformé des « marécages infernaux » en «Paradis lumineux », je rajouterai que vos ascendants ne sont pas pour rien à nos côtés dans cette transformation de ce pays dont nous sommes tous les enfants qui continuent à le chérir au plus profond de nos cœurs.

Oui Kamel DAOUD vous n’exagérez pas et vous avez beaucoup de courage quand vous décrivez l’Algérie actuelle et notamment MOSTAGANEM et sa région. Nos compatriotes revenant de séjours nostalgiques complètement écœurés confortant votre constat, malgré l’accueil chaleureux qui leur est réservé.

J’avais demandé à un de nos amis de prendre des clichés de ma ferme située entre Ouréha et Rivoli, proche de MOSTAGANEM , exploitation que nous avions créée, sortie de la rocaille, pour en faire un magnifique vignoble, avec bâtiments et  un mur entourant les lieux, le tout construit avec  des pierres extraites du sol calcaire de ce lumineux plateau surplombant la baie d’Arzew. Quel désastre aujourd’hui ! En « conformité » avec les dits « accords d’Évian gaullo/fln  protégeant les personnes et les biens », nous étions alors expulsés des lieux en 1962, manu militari, en même temps que le gérant que nous avions formé, ce cher Bendehiba BENASLA, qui menait le vignoble et les champs de pastèques attenants de main de maître.

Aujourd’hui tout n’est que ruines, bâtiments  écroulés, terres en friches, le mur de clôture servant de carrière de pierres à bâtir (n’importe où, n’importe comment).

J’en ai informé notre Ami Boualem SANSAL . Voici ce qu’il me répond :

« Je comprends cela cher Alain, ce paradis est devenu un enfer, rien n’a résisté au déluge de médiocrité et de méchanceté qui s’est abattu sur ce pays. Le drame est que cela est irréversible. Mais on voit la même chose en France, les banlieues qui étaient des havres de tranquillités et beautés ont été transformées en quelques petites années en bidonvilles cauchemardesques et cela ne fait que commencer, la tache d’huile avance à une vitesse terrifiante. Moi je suis très pessimiste de ce côté, j’étais loin de penser que ça prendrait que quelques années, je voyais cela en décennies. Quand donc les Français vont-ils se réveiller ? Jamais, ils font ce que nous avons fait, nous nous sommes tus et nous avons détourné le regard. Il nous faut maintenant cuver notre défaite et notre honte.

Bien fraternellement

Boualem SANSAL

Alors devant un tel gâchis qui atteint presque tout ce magnifique Patrimoine dont on nous a dépossédés, on se demande comment il est possible d’arriver à un tel degré d’incompétence, à une telle  capacité à détruire ?

Eux l’ont fait, ce qui actualise l’histoire lointaine de ces hordes barbares venues d’Arabie détruisant les civilisations trouvées sur leur passage. Dans l’Algérie actuelle, nous y sommes, désarmés devant ce qui paraît être chez ces nouveaux « Huns » une façon d’agir inscrite dans leurs gènes. Mais n’en prend-t-on pas aussi le chemin en France dans les banlieues de non droit dans des états pitoyables ? ... /...


 Alain ALGUDO1

 

 

barre horizontale 55

005 Copie2

barre horizontale 55

.../... Pour lire cet article en entier, Adhérez à la Lettre de Veritas : cliquez ici.
Puis imprimez le bulletin d'Adhésion à remplir et à retourner à :
Comité VERITAS - B.P. 21 - 31620 FRONTON.

Pensez à joindre votre chèque de 40 euros (minimum) avec votre adhésion - Merci.

Membre : 40 euros
Membre de soutien : 50 euros
Membre bienfaiteur : 70 euros et plus

 

Mercivot

AFIN DE MENER JUSQU'AU BOUT, CE COMBAT QUI EST LE "NOTRE"

barre horizontale 55

 

Mercipourvotresoutien

 

barre horizontale 55

027

 Pour toute commande, veuillez adresser vos coordonnées postales,
le nombre d'exemplaires souhaités ainsi qu'un
chèque du montant de votre commande,
soit 10 Euros par exemplaire  à :

Comité VERITAS
B.P. 21
31620 FRONTON

Informations supplémentaires