La lettre de Véritas N° 191 - Extrait de la page 19

73

L’estimation du nombre des victimes parmi la population civile de souche européenne pendant la guerre d’Algérie varie considérablement suivant les historiens. Honte soit sur les Autorités officielles françaises, qu’elles soient de droite ou de gauche, qui se sont entendues, tacitement, comme larrons en foire, pour en minorer la réalité. !

Par ailleurs, les trois quarts des sites officiels sur Internet consacrés à la guerre d’Algérie ont été confiés à des historiens très marqués à gauche tel Benjamin Stora, J.P. Rioux, Gilbert Meynier !

En dehors de Stora, aucun historien ou écrivain faisant partie de la communautaire française d’Algérie n’a été admis dans la longue liste des auteurs choisis et cités en référence dans l’étude de la guerre d’Algérie !!!

En revanche une large place a été accorde aux historiens algériens. Ce racisme anti-pied noir doit être souligné car il est ici particulièrement visible et choquant. Il n’est pas exagéré de parler de censure, comme si les responsables du site Internet « Guerre d’Algérie. » craignaient la vérité.

Dans une société démocratique où la liberté d’expression constitue une valeur fondamentale, le fait d’avoir recours à un tel procédé, 55 ans après les événements considérés, démontre bien l’embarras de l’idéologie dominante devant une vérité criminelle et honteuse tant pour la France française que pour l’Algérie Algérienne, complices dans ce crime contre l’Humanité envers des Français !

Si on adopte la version française officielle de pertes civiles de la communauté européenne, qui fut donnée par Jean de Broglie, secrétaire d’Etat aux Affaires Algériennes – et co-signataire de la capitulation d’Evian – on retient les chiffres suivants :

Du 1er Novembre 1954 au 19 mars 1962 – date théorique de la fin des hostilités – sont reconnus parmi la population civile d’Algérie de souche européenne : 2.788 morts et 875 disparus (qu’on ne retrouvera jamais pour la plupart) Total : 3.663 (par assassinat individuel, ou décédés à la suite d’un attentat collectif , ou d’un massacre systématique). Quelle minorisation !

A partir du 19 mars 1962, ce sont les enlèvements d’Européens par des éléments incontrôlés du FLN qui vont prédominer :  ils se montent officiellement à 3.018 personnes et signifient le plus souvent assassinats…

L’armée et la police françaises ont reçu l’ordre de Charles De Gaulle de ne pas intervenir pour protégés les citoyens français. Pourtant Jean de Broglie, dans une déclaration officielle, à l’Assemblée Nationale, le 24 Novembre 1964, affirmera que parmi ces citoyens français enlevés 1.282 ont été retrouvés !

Par qui l’auraient- ils été puisque l’armée et la police ont reçu les ordres les plus formels de ne pas intervenir ? Ce dernier chiffre des otages libérés est des plus contestables et des plus ignobles, et le ministre, gaulliste féal, l’a, par ordre, considérablement gonflé.

En réalité, le nombre des citoyens français libérés après avoir été enlevé sera insignifiant, le plus souvent à l’initiative privée d’officiers français, désobéissant aux ordres reçus.

Il faudra attendre plusieurs années pour que soit établie enfin un semblant de vérité sur l’ampleur des enlèvements après le 1er juillet 1962. Le capitaine M.L Leclair, dans son livre-document capital « DISPARUS EN ALGERIE  » (Edition Grancher), comptabilise plus de 6.500 ( six mille cinq cents) enlèvements de civils européens, hommes femmes et enfants, ceci seulement depuis le 1er Juillet 1962, qui n’ont jamais été retrouvés, et il est bien au-dessous des chiffres rapportés par Madame Eliane Sallaberry qui, servant à l’époque au Bureau des exactions de Rocher Noir, les a eus en main !

Il s’agit pourtant, comme pour les travaux monumentaux de notre Vice-présidente, Geneviève de Ternant, d’une étude minutieuse, absolument irréfutable, auprès des familles des victimes, et ces auteurs en fournissent des listes presque complètes. Ces chiffres seront confirmés par le Colonel de Blignières, Président de « l’Association des familles de disparus en Algérie ».../...

 

 Comite2

 

barre horizontale 55 

15

 

.../... Pour lire l'intégralité de cet article, adhérez à la Lettre de Veritas : cliquez ici.
Puis imprimez le bulletin d'Adhésion à remplir et à retourner à :
Comité VERITAS - B.P. 21 - 31620 FRONTON.

Pensez à joindre votre chèque de 40 euros (minimum) avec votre adhésion - Merci.

Membre actif : 40 euros
Membre de soutien : 50 euros
Membre bienfaiteur : 70 euros et plus

Mercipourvotresoutien

 

barre horizontale 55

 027

Pour toute commande, veuillez adresser vos coordonnées postales,
le nombre d'exemplaires souhaités ainsi qu'un
chèque du montant de votre commande,
soit 10 Euros par exemplaire  à :

Comité VERITAS
B.P. 21
31620 FRONTON

Informations supplémentaires