Comite2

001

 bonne 11

                                      

       Sommaire du mois

 

 004

 

barre horizontale 55

 

002.1

 

barre horizontale 55

ComVER

 

00016

L’Histoire tient toute dans ce verbe où se sont affrontées deux conceptions du destin d’une province française : l’Algérie.

D’un côté une vérité patriotique, celle des Pieds-noirs et des Arabes fidèles à la France, Harkis, Supplétifs, Groupes d’auto-défense, c'est-à-dire une population musulmane qui avait fait les guerres passées, sauvé avec l’armée d’Afrique la République des hordes ennemies, et qui croyait en Algérie à la pérennité d’une terre française.

Face à cette conviction et cette vérité, il y avait la Métropole du doute et de la fausse croyance. Le pays est noyauté par le « PC » stalinien, favorable à cette illusion des indépendances des Nations et qui dans l’ombre, prépare la fin d’un rêve : celui de l’Algérie française.

Pour cette raison depuis les événements de Sétif et Guelma en 1945, le retournement de veste du parti communiste, partisan de mater la rébellion dans un premier temps, fait que la propagande anticoloniale et antimilitaire va alimenter dans les années suivantes la crainte de voir un conflit local éclaté en 1954 en Algérie, se transformer en une nouvelle révolution française.

Nous sommes dans un déni de vérité, et le mensonge prime sur la vérité. Le croire « vrai » va être effacé par le croire « faux ». A partir de cet instant, l’assemblée nationale en majorité de gauche va longuement hésiter entre l’éradication du terrorisme FLN ou baisser les bras jusqu’au pourrissement d’une situation qui aboutira à la fin de la province française d’Outre-mer. A ce moment-là, la Métropole abandonnera cette terre maghrébine, modelée en territoire moderne du XXIème siècle, entre les serres ensanglantées du FLN et les meurtriers du 1 er novembre 1954.

Il y a à partir de cette date, un conflit latent entre une Algérie prise au piège d’une révolution musulmane et algérienne terroriste, et une France où les gouvernements vont se succéder sans solution véritable, et sans savoir régler le problème au mieux des intérêts de la Nation. La défense de ce territoire entraine une augmentation des effectifs militaires, mais la métropole réagit négativement.

Les communistes, contre cette guerre, organisent le sabotage des convois partant pour l’Algérie, tandis que des groupes traîtres à la Nation se créent pour « aider » le FLN. Une page de cette guerre d’Algérie souligne combien, en métropole, le combat pour l’Algérie française est déformé par une frange engagée et politisée de personnages traîtres à la Nation et une propagande de désinformation.

Des individus en France, aident par tous les moyens possibles le terrorisme FLN dès 1955. Sabotage des armements destinés à l’Algérie ; politique antimilitariste pour les appelés du contingent... Par l’intermédiaire d’une presse de gauche virulente et d’une propagande affirmée, ils permettent à ces terroristes de trouver des oreilles compatissantes et à leur écoute.

Faut-il évoquer pour mémoire les « porteurs de valises », chargés de transférer les fonds recueillis par la menace auprès des travailleurs algériens et d’alimenter les fonds secrets du FLN ? Le rôle des insoumis contre la guerre d’Algérie mais qui longtemps présidèrent à des émissions dans les médias de l’audiovisuels ?

Il y a autour du mouvement terroriste algérien des personnalités politiques et du spectacle qui soutiennent le crime : Olivier Todd, Catherine Sauvage, Serge Reggiani, Henri Curiel, Henri Alleg et Francis Jeanson qui prendra pour avocat Roland Dumas dont des années plus tard « l’affaire » des chaussures à prix d’or soulèveront les moqueries des médias.../...

 

 RCPUIG

.../... Pour lire l'article veuillez cliquer : ICI

 

barre horizontale 55

 ban2

0070 

 

barre horizontale 55

 

 

  027

Pour toute commande, veuillez adresser vos coordonnées postales,
le nombre d'exemplaires souhaités ainsi qu'un
chèque du montant de votre commande,
soit 10 Euros par exemplaire  à :

Comité VERITAS
B.P. 21
31620 FRONTON

Pour adherer au Comité VERITAS, c'est ICI

Mercivot 

barre horizontale 55

 

Mercipourvotresoutien

0002

Informations supplémentaires